1-DESHYDRATATION & CHALEUR. Ce sont de très loin les plus grands dangers !

- Se protéger du soleil avec une coiffe adaptée. Pour les cavaliers, si votre casque ou votre bombe sont de couleur sombre, recouvrez-les d’un foulard de couleur claire. Sinon portez une casquette à visière ou un chapeau à bords larges.
- Évitez de porter une tenue trop sombre.
- Ne pas stationner inutilement au soleil, se mettre à l’ombre dès que possible.
- 3 litres d’eau sucrée ou salée, par personne et par jour au minimum, sont conseillés. Buvez le thé bédouin dès que possible.
- Poche à liquide genre « Camelback » optimale pour un portage sur le dos. Néanmoins pas toujours adapté à la cavalcade…
- Simple bouteille d’eau minérale plastique, pliable, avec embout « Convertube » très pratique. Mieux qu’une gourde si celle-ci n’est pas thermos.
- Utilisez un filtre à eau type Katadyn ou des tablettes de Micropur pour purifier l’eau soupçonnable des vasques, sinon faire bouillir l’eau pour du thé sucré.

Le coup de chaleur, la fièvre, la diarrhée ou les vomissements sont les symptômes marquants de la déshydratation.

'Le coup de chaleur peut survenir lorsque que le corps reste longtemps dans une atmosphère très chaude, ou au cours d'un effort physique intense et prolongé.
 La chaleur et la transpiration entraînent une déshydratation et une chute de la tension artérielle. La personne ressent alors une sensation de soif intense, de malaise général, accompagnés de vertiges, de nausées et de maux de tête. Elle peut ensuite perdre connaissance.''


2-MOUSTIQUES

Le soir venu les moustiques sont un problème en ville, dans les villages, et dans les zones « humides » comme les jardins et les plantations, autour des eaux stagnantes, etc. En cas de doute, la meilleure protection durant le sommeil reste la moustiquaire. Les lotions ou spray répulsifs efficaces ne marchent bien que quelques heures. Il faut renouveler l’opération régulièrement.

Dans le désert, un peu éloigné des foyers de verdure, il n’y a normalement pas de moustique - c’est idéal pour les bivouacs ! Personnellement, quand les moustiques sont présents au village de Rum par exemple, et en l’absence d’une moustiquaire efficace, je bivouaque systématiquement dans le désert, ne serait-ce qu’à quelques centaines de mètres des habitations.

''Durant nos randonnées, l’équipe d’assistance et le guide recherchent systématiquement des coins de bivouac sans moustique. La Jordan Valley et le bassin de la Mer Morte, sous le niveau de la mer, humides et cultivés, présentent une région emblématique des concentrations de moustiques la nuit, et de…mouches la journée !''


3-SCORPIONS

Les piqûres de scorpions présentent rarement de mise en danger vital - sauf en cas d’allergie (rare) ou de déficience du système immunitaire (vieillards, préadolescents, enfants en bas âge). Grosso modo on en trouve des jaunes (petits) et des noirs (plus grands).

Hadrurus arizonensis pallidus - joli nom ?

Piqûre de scorpion - les gestes urgents :

- Enlever le scorpion des habits, chaussures, sac de couchage… Les bédouins les tuent systématiquement.
- Retirer le piqué du lieu de la piqûre.
- Localiser et protéger la plaie.
- Noter la taille et la couleur du scorpion.
- Calmer le piqué et son entourage.
- Noter l’horaire de la piqûre.
- Evacuer le piqué vers le dispensaire le plus proche - aux villages de Rum ou de Diseh - puis vers Aqaba où les examens de surveillance seront effectués. Observation médicale de 24h.
- Seule médication possible sur place : cortisone et antisthaminique.

Piqûre de scorpion - les erreurs à éviter :

- Pas de scarification (entaille au couteau) qui peuvent favoriser la diffusion du venin et la surinfection.
- Pas de succion, cela retire trop peu de venin. Les « aspi venin » n’ont pas d’efficacité prouvée.
- Pas de garrot qui exacerbe la douleur et engendre des complications graves pouvant conduire à l’amputation du membre.
- Ne pas utiliser certains produits dits traditionnels, sans effet, comme le henné, le gaz, le miel…


4-SERPENTS

Des chiffres : 10% seulement des morsures de vipère sont suivies d'une envenimation.
 10% des envenimations sont graves.
 L'absence d'oedème après les 2h suivant la morsure écarte en principe l'envenimation.
 Voir ci-dessous.

Les couleuvres, serpents souvent agressifs, ne sont pas venimeuses à l'exception de certaines rares espèces, absentes ici. Mais comment les reconnaître, les différencier ?Vipère de la steppe

Vipère : rarement plus de 60 cm de long, tête +/- triangulaire, écailles petites et régulières sur la tête, avant du crâne noirâtre, oeil en fente et pupille verticale, nette différence entre la queue et le corps, couleurs vives. Elle est peureuse.

Couleuvre : grande taille - souvent plus de 60 cm, tête ronde, écailles larges sur tête, quelquefois un collier, oeil rond, absence de queue marquée, couleurs sombres. Elle est plutôt agressive.

Reconnaître les morsures de vipères:

- Trace des crochets bien visible au début : 2 effractions cutanées espacées de 5 à 10 mm (parfois une seule en cas de morsure de côté).

- Un oedème apparaît rapidement. Il est à son maximum en 3 à 6 heures. Il peut couvrir une grande surface. C'est l'oedème qui signe l'envenimation !
- La peau est froide. On observe souvent des phlyctènes (ampoules, cloques).

- La douleur est constante mais d'intensité variable.


La "Palestine Viper", la plus dangereuse de JordanieMorsure de vipère - conduite à tenir :

- Calmer et allonger le patient.
- Désinfecter la plaie de morsure.
- Pansement modérément compressif.

- Immobilisation du membre atteint.
- Pas de garrot qui exacerbe la douleur, engendre des lésions locales et des complications graves pouvant conduire à l’amputation du membre.
- Réfrigération locale si possible (difficile ici…). Cela ralentit la dissémination du venin.
- Antalgique, mais pas d’Aspirine !
- Pas de scarification de la plaie (entaille au couteau - risque de nécrose, d’infection).
- Pas de succion, cela retire trop peu de venin. Les « aspi venin » n’ont pas d’efficacité prouvée.
- Evacuer rapidement le mordu vers le dispensaire le plus proche - aux villages de Rum ou de Diseh - puis vers Aqaba où la médication sera effectuée.
- Tuer la vipère pour ramener sa dépouille sera utile pour les antidotes.

Visionnez la Palestine Viper on youtube !


5-CAMEL SPIDER (« ARAIGNEE A CHAMEAU »)

Les « Araignées à chameau » sont-elles dangereuses pour l’humain ? Malgré leur apparence inquiétante, ces créatures ne posent pas de problème majeur pour l’homme.

Camel Spider (Araignée à chameaux)Les « Camel Spiders » ne possèdent pas de glande à venin, mais sont néanmoins très agressives et peuvent opérer des morsures douloureuses si on cherche à les manipuler. Le seul danger, comme pour toute morsure, est l’infection. À savoir que ces araignées représentent plutôt une bonne protection pour l’homme. Elles se délectent en effet d’une grande variété d’insectes venimeux, de scorpions, d’araignées… Merci à elles !

Bref, il me semble qu’elles se raréfient. Cela fait plusieurs années que nous n’en avons plus vu. En voilà une jolie espèce ! Mais en Egypte seulement…

Prévention générale de bon sens:

- Évitez de marcher pied nu, regardez où vous mettez les mains en grimpant.
- Inspectez les lieus de votre couche, mais aussi les environs immédiats du bivouac. Évitez de dormir dans la pierraille, ou trop près des buissons. Ne déroulez pas votre sac de couchage inutilement avant d’aller vous coucher.
- Attention en soulevant les pierres, en collectant du bois sec, etc.
- Secouez vos vêtements avant de les mettre, vérifiez vos chaussures avant de les enfiler.
- Une tente n’est pas une garantie totale de protection si elle n’est pas à 100% hermétique, sans déchirure et trous, avec une fermeture éclair obturant complètement l’entrée.
- Ne pas paniquer à la vue d’un scorpion, d’un serpent ou d’une araignée. Ils ont peur de l’homme. Les laisser fuir en les observant.

Les scorpions recherchent bien sûr l’humidité, d’où leur présence dans le monde domestique humain. Les vipères sont craintives, les couleuvres plus agressives.''

''Personnellement - sur 30 années passées dehors dans le désert, j’ai assisté directement à 4 cas de piqûres de scorpions (sans conséquence), à 0 cas de morsure de vipère, à 0 cas de morsure de camel spider, mais au moins à une trentaine de cas de déshydratation !"


6-MAMMIFERES, GROS ANIMAUX…AUCUN PROBLEME !

The Nubian Ibex (Bouquetin)Finie la lointaine époque du Lion d’Arabie ! Finis aussi les temps plus récents où gazelles, autruches, onagres et léopards gambadaient encore dans le Badia (steppe). Bref, hormis dans les réserves de Dana et de Mujib où des espèces disparues ont été réintroduites, aux côtés de celles qui sont protégées, on trouve essentiellement des fennecs, des lièvres, des rongeurs, des bouquetins dans les montagnes, des loups, des chats sauvages (rares), des lynx (rares), des hyènes (rares).

Pour en savoir plus sur toute la faune et la flore en Jordanie, consultez l’excellent ouvrage :
FIELD GUIDE TO JORDAN by Jarir Maani
(en anglais et en arabe / second edition) - Maani Publishing.